Chronovélo en centre-ville viole les recommandations de la Métro pour les piétons !

A Bordeaux, la Charte des Mobilités dit que « La marche doit être considérée comme la « cellule-souche » de la mobilité urbaine, les autres modes de transport ne constituant qu’une pause dans le cheminement du piéton. »

Précisons que Bordeaux est n°6 au classement mondial des villes les plus « bicycle friendly » et que son plan d’investissement dans le vélo atteint des records : 70 M€ pour la période 2017-2020 !

à Grenoble, concernant les piétons, que dit la Métro ?

La première fiche du Guide Métropolitain des Espaces Publics et de la Voirie s’intitule « Donner envie de marcher ». Que dit-elle ?

D’abord que « bien concevoir les espaces accessibles aux piétons, c’est favoriser la marche, rendre attractif les lieux, favoriser l’animation urbaine et le commerce, rendre la ville accessible à tous. ». Puis que « la marche est un mode de déplacement universel et gratuit, bénéfique pour la qualité de vie, le lien social, la santé, le climat et l’environnement. »

Recommandation de la Métro : pas de coupures urbaines

Faisant le constat que « LE CHEMINEMENT DOIT ÊTRE CONTINU : LES COUPURES URBAINES SONT DES FREINS A LA MARCHE » les services techniques de la Métro recommandent de « réduire les coupures physiques (linéaires et surfaciques) comme […] les ruptures d’accessibilité (trottoirs non abaissés…). »

Le projet Chronovélo viole doublement ces recommandations sur les cours Lafontaine et Berriat : d’abord en créant la coupure urbaine de la piste bidirectionnelle « chrono » à fort trafic, ensuite en ajoutant une rupture d’accessibilité supplémentaire au milieu de la rue. Il s’agit pourtant de voies limitées à 30 km/h où le piéton a le droit de traverser « librement » la voirie « apaisée ».

Recommandation de la Métro : éviter les zones très fréquentées par les piétons

Pour « Gérer les conflits piétons/cycles », la Métro fait le constat évident que « la différence de vitesse entre les piétons et les vélos peut poser problème, surtout lorsque les vélos vont vite. »

C’est donc très logiquement qu’elle propose « d’éviter la cohabitation piétons/cyclistes dans les zones très fréquentées par les piétons » pour « atténuer la frustration du cycliste qui doit ralentir et l’inquiétude du piéton qui se sent agressé ».

Le passage prévu de Chronovélo sur le cours Lafontaine (lycée Champollion, 1900 élèves !) et sur le cours Berriat (très forte densité de population et de commerces) viole complètement ce que la Métro a elle-même édicté !

Vraiment on peut le dire : ça déraille (grave).

Pour un plan vélo 2.0 !

???? ki ???? – collectif Le Vélo Qui Marche – ???? ki ????

Partager cet article sur vos réseaux

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut