La Hollande, un monde du vélo totalement à part

Dans ce petit pays ultra plat et extrêmement dense, l’utilisation massive du vélo a démarré il y a un siècle (vers 1920) et la mise en place de pistes cyclables a commencé dès les années 1970. Plus récemment, le pays s’est lancé dans la construction de « snelfietsroutes » (routes à vélo rapides), aussi nommées « fietssnelweg » (autoroutes à vélos). Ce sont des liaisons intercommunales, telle la « RijnWaalpad » qui relie Arnhem à Nimègue, deux villes distantes de 17 km (voir la vidéo), ou la F35 en parallèle de l’autoroute A35 qui relie plusieurs communes sur 60 km.

Les « fietssnelweg » sont de très lourds investissements avec construction d’ouvrages d’art. Le rond-point suspendu en photo ci-dessous en est un exemple à Eindhoven.

La Hollande a de nombreux et très forts particularismes qui en font un monde du vélo totalement à part :
  • Exception faite de quelques micro-états, c’est le pays le plus densément peuplé au monde après la Corée du Sud.
  • Elle détient le record mondial du nombre de vélos par habitant. Il y en a trois fois plus qu’en Chine !
  • Les températures sont rarement négatives et les chaleurs de l’été sont celles qu’on connait en avril-mai à Grenoble. Le hollandais n’a pas à devoir se doucher après être arrivé à vélo sur son lieu de travail.
  • Que ce soit dans ou en dehors des villes, les pistes cyclables ont systématiquement un revêtement de couleur rouge (teinté dans la masse, sinon peint), ce qui les distingue très clairement du domaine des piétons comme de la route.
  • C’est le pays des “fietsstraat” (rues cyclables, voir la vidéo). Ce sont des rues où la priorité est aux vélos mais où les voitures peuvent rouler aussi en tant que « gast » (invité).
  • Les scooters et les mini-voitures sont autorisés sur les pistes cyclables ! Avec des limitations de vitesse qui, faute d’être respectées, ont conduit la capitale hollandaise à bannir les scooters à partir de 2019. Mais l’autorisation demeure dans le reste du pays.
  • Utrecht, considérée comme le centre du pays, est son cœur ferroviaire et autoroutier. Sa gare a le plus fort trafic après celle d’Amsterdam. Elle est desservie par l’autoroute à vélos la plus empruntée au monde, qui compte jusqu’à 32 000 cyclistes / jour en moyenne (en pic c’est encore plus !). La traverser à pied a un côté kamikaze (voir la vidéo). Heureusement qu’il y a des feux pour les piétons, même si en Hollande comme ailleurs les vélos font tout pour ne jamais s’arrêter, quitte à oublier le code de la route.
  • à Eindhoven, la part modale du vélo atteint le record de 40% (source EPOMM, chiffres 2014). Mais il reste 42% de voitures, autant donc qu’à Utrecht où la part vélo est pourtant 14 points inférieure. Par contre, Eindhoven est tombée à seulement 5% en transports en commun et à 13% en marche à pied ! Ce sont là aussi des records, cette fois dans le mauvais sens.
à Utrecht
autoroute à vélos hollandaise

🚴ki🚶 collectif Le Vélo Qui Marche – 🚴ki👍

Partager cet article sur vos réseaux

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut