une autoroute à vélos a t-elle sa place dans une rue commerçante de centre-ville ?

Depuis un siècle, des commerces très diversifiés animent le COURS BERRIAT de ses deux côtés : habillement, rideaux et tissus, fruits et légumes, vins, cafés, boulangerie, chocolatier, minéraux, mercerie, poissonnerie, fleurs, tapissier, serrurier, produits exotiques, soins de la personne, bars, restaurants, centre commercial K’Store. Cette offre de qualité sur le cours lui-même et les rues qu’il dessert (dont un cinéma) exerce un attrait élargi à la métropole grenobloise.

Passage en sens unique en avril 2017 …

L’activité a chuté après la diminution du passage causée par la suppression d’un sens de circulation automobile, remplacé par une bande cyclable de chaque côté du cours : chute de fréquentation, baisse du chiffre d’affaires, fermeture pour certains.

Les commerces restants ont fait et font encore de grands efforts pour renouveler l’offre et les évènements commerciaux.

En 2018, la grande braderie du cours Berriat est devenue Berriat en Fête.

… et maintenant une « autoroute à vélos » ?

Il est prévu une piste bidirectionnelle de 4 mètres de large du côté sud du cours, qui supprimerait les places de stationnement devant les commerces. Pour isoler la piste, une bordure en dur diviserait la chaussée en deux.

LIRE AUSSI : la piste bidirectionnelle isolée : où est-elle à sa place ?

Quelles conséquences sur la vie commerciale ?

Le commerce, c’est d’abord des clients qui viennent devant les portes des magasins.

Comment les piétons réagiraient ils à la difficulté de traverser un flux bidirectionnel de vélos sur une piste qui incite à la vitesse ?

Pourquoi une infrastructure conçue pour le transit des vélos ? C’est de desserte locale dont le commerce a besoin.

Comment les clients automobilistes réagiraient ils à la diminution du stationnement : en changeant de mode de déplacement ou en ne venant plus ?

Pour approvisionner quotidiennement les commerces situés du côté de la piste, comment feraient les livreurs forcés de stationner de l’autre côté et obligés de traverser la route puis la piste bidirectionnelle entravée de sa bordure ?

Quelles conséquences pour les piétons ?

Les feux qui protégeaient leur passage ont été supprimés. Voilà les piétons forcés de s’en remettre au bon vouloir des automobilistes et des cyclistes. Cèderont-ils le passage comme le demande le code de la route ? Ou ne le cèderont-ils pas ? Avec la densité de trafic de l’autoroute à vélos, certains des piétons les plus faibles n’oseront plus entreprendre de traverser, ils seront exclus.

Les vélos s’arrêteront ils aux passages piétons ? Difficile d’y croire. Avec les voitures, il suffit qu’une s’arrête pour que les suivantes soient obligées d’en faire autant. Rien de tel avec les vélos ou trottinettes, si l’un s’arrête pour laisser passer un piéton, il n’y a aucune garantie que les suivants fassent de même.

LIRE AUSSI : Chronovélo en centre ville viole les recommendations de la Métro pour les piétons !

Quelles conséquences pour les cyclistes ?

Même en roulant « chrono », les vélos ne gagneraient que peu ou pas de temps. Pourquoi ? Prenons par exemple le tronçon du cours Berriat entre le boulevard Gambetta et le cours Jean Jaurès :

D’abord, ces deux grosses artères sont difficiles à traverser : circulation dans les deux sens, bus ou tramway. Ensuite, il n’y a que 300m seulement entre elles, qui ne sont pas libres d’intersections mais coupés par la rue Thiers et le passage piéton du K’Store. On est très loin du minimum de 500m sans obstacles que les experts recommandent pour les pistes bidirectionnelles !

Les vélos, trottinettes ou autres engins électriques ne pourraient donc s’élancer librement que sur 300m, entre deux boulevards, et en devant peut-être s’arrêter pour laisser la priorité aux piétons. Où est le progrès ?

POUR UN PLAN VÉLO 2.0 !

🚴 ki 🚶 – collectif Le Vélo Qui Marche – 🚴 ki 👍

 

Partager cet article sur vos réseaux

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut